Les remontées mécaniques

Jusqu’en 1929, la Crémaillère assurait toute seule la fonction de remontée mécanique des skieurs. Il faut attendre 1929 pour qu’un système innovant de traineau équipé de skis, tracté par un câble soit mis au point afin de remonter les skieurs s’aventurant sur les pentes du Téchous. Il permettait de remonter 4 personnes assises et 2 en ski-jorring. On appelle encore aujourd’hui «col du treuil» l’endroit surplombant l’ancienne arrivée de ce traineau. On peut, encore une fois dire que Superbagnères fut une pionnière dans la mise au point des systèmes de remontées mécaniques à câbles.

"Funiluge"
Téléski de "Cabane"

 

En 1937, Superbagnères se dote d’une téléski baptisé « Cabane » pour remplacer le traineau. Cette nouvelle technologie n’était encore qu’à ses débuts, mais pourtant Superbagnères possédait l’une des machines les plus modernes d’Europe voire du Monde. Ce téléski sera équipé de deux technologies de perches. Sur la première version les skieurs étaient remontés à la force des bras alors que la seconde, plus moderne, n’est ni plus ni moins que la perche à enrouleur équipée d’une sellette, toujours utilisées, de nos jours, sur certaines installations. 

Après-guerre la l’activité économique des stations de skis reprend lentement. En 1946, la station s’équipe de deux nouveaux téléskis afin de diversifier l’offre de ski, jusqu’alors elle n’était desservie que par le téléski de Cabane et la Crémaillère. Le téléski de Téchous est donc installé sur les pentes du même nom et celui de l’Arbesquens dans le bois surplombant le réservoir EDF éponyme. En 1957, un nouveau téléski, des Sarnailles vient compléter les équipements de la station et permet de profiter pleinement du versant du lac. 

Téléski "d'Arbesquens"
Télébenne du Céciré

Les années 60 marquent un tournant pour la station, un grand nombre d’aménagements sont réalisés et la station que nous connaissons aujourd’hui commence à être façonnée. Un télébenne biplace doublé de sièges relie pour la première fois les crêtes au sommet du Rioumaynades à 2250 m d’altitude en contre bas du pic de Céciré. A l’arrivée, est construit un restaurant avec une terrasse offrant une vue imprenable sur le plus haut sommet des Pyrénées, l’Aneto. Du côté du Téchous, le téléski de Coumes (toujours en exploitation) est installé afin de doubler le téléski de Cabane. Côté Lac le téléski de Rioumaynades assure les remontées jusqu’à la station intermédiaire du télébenne du Céciré. Cette installation étant totalement réversible, les skieurs pouvaient se diriger soit vers le sommet du Céciré soit retourner vers la station. 

En 1963, trois nouveaux téléskis sont implantés à Superbagnères afin de faire face à la forte affluence. Le premier celui des Lys, vient doubler le téléski de Téchous (1946) et le second, celui des Fontaines vient doubler le téléski des Sarnailles, installé plus tôt en 1957. Enfin, le troisième est un téléski pour débutants portant le nom de Baby. Ce type d’installation est une véritable innovation pour l’époque. Enfin, un nouveau télébenne est installé entre Artigues-Ardounne (voir la partie sur la Crémaillère) et permet la réouverture des pistes historiques Standard et Record. Avec cette dernière installation, les nombre des remontées mécanique est porté à 11, c’est le plus gros parc de remontées mécaniques des Pyrénées à cette époque.  En l’espace de seulement trois ans les installations de Superbagnères sont passées de trois à plus d’une dizaine.

Contactez-nous

© Superbagnères la pionnière 2020 – tous droits réservés, pour plus d’informations consultez les Mentions légales

Conformément à l’article L.122-4, du Code de la propriété intellectuelle, sont autorisées uniquement les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration.

Toute représentation ou reproduction faite sans le consentement de l’auteur constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.